Pochtron !

 

La nuit fut agitée et pleine de rêves débiles. Il se leva péniblement en baillant à se décrocher la mâchoire, le cerveau encore engourdi par les effluves vineuses de la soirée précédente. C’est qu’il en avait éclusé. Il avait fait fort, s’était mis minable. « Promis j’arrête les mélanges » s’était-il dit-il en français et en lui-même, car il parle les deux langues. A la salle de bain, il dû se cramponner  aux murs qui avaient tendance à s’éloigner pour évacuer le trop plein de bières de la veille. Il lui sembla qu’il pissa interminablement. Il se regarda dans le miroir et voyant ses yeux, il leur dit : « rendez-vous, vous êtes cernés » ! Il rit de ce gag et regretta que ses potes ne soient pas là pour en profiter. Il leur dirait aussi que la lune est pleine une fois par mois, et lui, presque tous les jours. Il avait pourtant bien tenté d’arrêter l’alcool ; ça avait été le quart d’heure le plus pénible de sa vie.

Et qu’allait penser la jolie petite meuf qu’il avait si lourdement draguée ? Ben il allait lui dire que la meilleure manière de ne pas baisser les bras, c’est de lever le coude. Il lui avait raconté tellement de conneries sur l’amour, la vie, la philosophie, tellement de sornettes dont il ne comprenait même pas le sens lui-même. C’est qu’il avait été marié, et ça n’avait pas vraiment marché, surtout avec sa belle-famille. Avec le beau-père ça passait encore, ils tiraient des godets ensemble. Mais alors avec sa belle doche…Il disait toujours qu’il était bien embellemerdé, et que la seule fois qu’il lui offrirait des fleurs, ce serait à la Toussaint, mais elle ne remplit pas encore les conditions, se lamentait-il.

Allez, le temps passe, il n’allait tout de même pas louper l’heure de l’apéro.  Le meilleur moyen de soigner sa gueule de bois, c’est de rallumer ! Dont acte.

Ces quelques lignes sont une fiction et purement imaginaire. Quoique…il se pourrait bien que certains se sentent concernés. Santé !

Clodo